Vous êtes ici : Accueil > Archives > Découverte professionnelle > Paysagiste
Publié : 28 février 2011

Mardi 11 janvier

Paysagiste

Option découverte du monde professionnel

Mardi 11 janvier, les élèves de l’option Découverte du monde professionnel ont reçu Monsieur Laurent Le Bail, paysagiste.

Monsieur Le Bail s’est prêté au jeu de l’interview afin de nous faire découvrir son métier.

Laissons lui la parole ...

 Ma formation

Après la classe de 3ème j’ai préparé un BEP pépiniériste ornemental et fruitier.
J’ai poursuivi ma formation par un bac pro dans la même spécialité.

Mes études terminées, je refuse de faire mon service militaire et effectue un service civil de 2 ans dans un CAT (Centre d’aide par le Travail). Ma mission consiste à encadrer des jeunes pour l’entretien des espaces verts.

Je débute ma carrière professionnelle comme saisonnier pendant quelques années. Je m’occupe d’arboriculture, je fais des campagnes de cueillette dans le sud de la France, en corse, en Grèce …

En 1996, à 29 ans, je m’installe à mon compte comme paysagiste

 En quoi consiste mon travail

Planter
Des plantes, des arbustes, des arbres ...

Créer de jardins (partiellement ou complétement)
Implantation de pelouses, massifs de fleurs
Mais aussi de dallages, escaliers, murets, bassins et même de piscines pour certaines entreprises

Entretenir
Taille des arbres, des haies
Tonte des pelouses
Soins aux plantes
Élagage des arbres
 Les outils que j’utilise

J’ai besoin d’un fourgon et d’une remorque pour transporter mon matériel.
Les principaux outils que j’utilise sont la tondeuse, la débroussailleuse, le taille haie, la tronçonneuse.
Je me sert également d’une tarière pour creuser des trous ou d’une mini pelle pour effectuer des travaux de terrassement. Il faut être prudent en utilisant les machines et bien appliquer les règles de sécurité pour éviter tout accident.
 Un métier passionnant

J’aime mon métier parce que je suis en contact avec la nature, avec les plantes.
Je peux m’exprimer et m’épanouir en créant de beaux jardins.
J’éprouve de grandes joies à satisfaire mes clients en leur apportant un cadre de vie harmonieux, un espace dans lequel ils seront heureux. Certains me disent que leur jardin est la plus belle pièce de leur maison et c’est pour moi la plus belle des récompenses.

C’est un métier exigeant et il faut être en excellente condition physique. Sur certains chantiers les cadences sont soutenues et il faut parfois faire des efforts importants. 30 % des jeunes paysagistes abandonnent le métier au cours des 5 premières années.
Je travaille toujours dehors et la pluie ne me dérange pas. Par contre les périodes de grand froid ou de neige rendent toutes activités extérieures impossibles. C’est alors comme pour les métiers du bâtiment, je suis en "intempéries" bloqué à la maison. J’en profite pour mettre à jour mes papiers.

Comme je suis mon propre patron mes horaires de travail son libres. Généralement je fais un peu de papier le matin puis je travaille sur un chantier de 9h à 12H. Je reprends l’après midi de 14H à 18H. En soirée c’est encore des tâches administratives à effectuer (devis, factures, comptabilité …). Bref il faut compter en moyenne 10 heures de travail par jour.
Mais désormais je me réserve le week-end complet (samedi et dimanche) pour me consacrer à ma famille.

Comment trouver des clients ?
J’ai en encart publicitaire dans l’annuaire.
Mon camion me sert également de support publicitaire.
Je distribue des cartes de visite à l’occasion.
Mais je compte surtout sur le bouche à oreille, ce sont généralement mes clients qui m’amènent de nouveaux clients.
Je travaille pour des particuliers mais aussi pour des entreprises et pour des municipalités.
La durée d’un chantier peut varier de une heure (tonte d’une pelouse) à plusieurs mois (réalisation complète d’un jardin)
J’ai également des contrats d’entretien de jardin à l’année. Par exemple, je suis en charge des espaces verts de la piscine de Pontivy.

En cas de période creuses, ce qui est rare, je fait du démarchage ou j’anime des salons du jardinage.

Le métier de paysagiste évolue, de nouvelle plantes arrivent régulièrement, il faut se tenir au courant. J’ai du me former à l’utilisation des outils informatiques.
Il est également possible de suivre des stages de perfectionnement en installation de piscine, en plomberie, en maçonnerie, en électricité ....
Mais moi j’aime surtout les jardins naturels, je préfère réaliser les murets en pierres sèches et ne pas utiliser trop de ciment.
Lorsque je reconstruis des talus je recherche une grande variété d’essences de façon à favoriser la biodiversité, à permettre à de nombreuses espèces d’oiseaux de vivre, de se nourrir.
J’ai fait le choix de n’utiliser aucun produit de traitement chimique, de participer à la protection de l’environnement.

 Devenir paysagiste

Les entreprises de paysagistes sont généralement des artisans qui travaillent seuls ou avec un ou deux apprentis. Lorsque nous avons des chantiers importants à réaliser nous nous entre aidons.
Mais il existe aussi quelques grosses structures (surtout sur la côte) qui emploient 10 à 15 ouvriers.

Comme dans tout les métiers de l’environnement, c’est un secteur dans lequel il y a de la demande. On embauche, principalement chez les pépiniéristes qui produisent les plantes.

Dans la région on trouve les centre de formation suivants :
- Lycée professionnel agricole Le Sullio à Saint-Jean-Brévelay Bac pro Aménagements paysagers
Bac pro Productions horticoles option productions florales et légumières
- MFR d’Arradon (école forestière et environnementale en alternance)
Bac-professionnel "Gestion et Conduite des Chantiers Forestiers"
- CFA du Talhouet à Hennebont Bac pro paysagiste et Bac pro horticulteur