Vous êtes ici : Accueil > Archives > La vie à l’internat > Le séjour d’intégration des élèves internes
Par : Webmaster
Publié : 8 novembre 2011

Le séjour d’intégration des élèves internes

 Les dernières journées d’août, au collège, les personnels de service viennent d’effectuer leur rentrée. Alors que chacun travaille pour organiser le premier jour de l’année scolaire, une rentrée avant la rentrée se prépare.   
 Ce mardi 30 août, à 8 heures, la cour s’anime de conversations et de rires, enfants et parents s’approchent de la porte d’entrée du collège.
 Élèves nouveaux encore intimidés, accrochés à leurs parents, « anciens » qui se retrouvent et s’interpellent, qui jouent la décontraction devant les nouveaux, qui partagent déjà les souvenirs des vacances qui s’achèvent, des exploits de l’année dernière.
 Puis rapidement, les conseillères principales d’éducation procèdent aux appels, les élèves grimpent dans le car, le groupe des internes 2011-2012 vient de se constituer, il part et laisse les parents sur le trottoir du boulevard Romain Rolland.
 Deux journées et une nuit, pour se connaître, s’apprécier, s’entraider, s’accepter. Deux journées et une nuit pour évaluer sa capacité à vivre à l’internat, à nouer des relations amicales.

 Première journée, départ de la base nautique de Mûr de Bretagne. Il faut pour les deux groupes rejoindre l’abbaye de Bon-Repos. Un premier groupe effectuera ce déplacement sur l’ancien tracé de la ligne de chemin de fer Saint-Méen-Loudéac-Carhaix. Ce groupe se déplacera en VTT. Une épreuve l’attend sur un viaduc de l’ancienne ligne, viaduc qu’il faudra descendre en rappel.
 Le second groupe embarque sur des kayaks. Il traversera le lac sur sa longueur et finira après un éclusage sur le canal de Nantes à Brest.
 Reste l’hébergement de nuit. Les élèves s’inquiètent des conditions que nous leur avons qualifiées de rustiques. Des questions fusent, l’électricité ? Les douches ? L’eau chaude ? La lumière ? Nous entretenons le stress.
 A la fin de la première journée, après une marche de trois kilomètres en côte, le groupe des kayakistes atteint le camp. Derrière un manoir aux murs de schiste, une cour de ferme, un évier à l’air libre, deux cabines de toilette, une écurie au sol tapissé de paille. Mais où brancher les lisseurs ?
  Les garçons dormiront sur la paille de l’écurie, les filles dans des canadiennes qu’elles dresseront en sous-bois.
Dix-huit heures, les agents du collège arrivent et installent le barbecue. Ils sont immédiatement suivis par le groupe des cyclistes.
 Le repas terminé, les élèves emmenés par M. LE BILLAN, gestionnaire de l’établissement, grimpent sur la crête de Liscuit. La nuit tombe lorsque nous parvenons jusqu’aux trois allées couvertes, quelques lumières brillent au delà des crêtes vers Pontivy. Le retour se fera dans la nuit.
 Au campement, malgré la dureté du sol, le crissement de la paille, le sommeil gagnera très vite chacun.
 Le lendemain, après le petit déjeuner, les deux groupes retournent à Mûr de Bretagne, les cyclistes en kayak, les kayakistes en VTT.
 Deux journées réussies, qui ont permis de se découvrir et de démarrer l’année sur une impulsion positive.

Georges Le Gallo