Vous êtes ici : Accueil > Archives > Découverte professionnelle > Menuisier agenceur
Publié : 18 décembre 2011

Découverte du monde professionnel

Menuisier agenceur

Rencontre avec Monsieur Jacques Rault

Le mardi 8 novembre nous avons reçu Monsieur Jacques Rault, menuisier, installé à Malguénac.
Monsieur Rault s’est prêté au jeu de l’interview afin de nous faire découvrir son métier.
Laissons lui la parole ...

Portrait d’un professionnel :


Jacques RAULT

43 ans
menuisier agenceur



  Ma formation initiale :

J’ai suivi la scolarité au collège Romain Rolland de Pontivy jusqu’en 3ème.
J’ai ensuite préparé un CAP - BEP menuisier du bâtiment en deux ans au lycée professionnel du Blavet de Pontivy.
J’ai poursuivi mes études en préparant un Bac professionnel menuisier agenceur au lycée l’Élorn de Landerneau.
J’entre dans le monde du travail en 1989
  Mon parcours professionnel :

Je travaille d’abord comme chauffeur livreur poseur pour l’entreprise Mobis pendant 3 ans.
Mon travail consiste alors à livrer,à monter et à installer des meubles.

J’exerce ensuite mon métier à Plouay pour l’entreprise Colin, spécialisée dans l’agencement de magasin, bar …pendant 2 ans.
Le travail consiste à installer des vitrines, des présentoirs, des comptoirs, des bars …

Je travaille ensuite pour l’entreprise Le Palmec de Pontivy pendant 4 ans.
Cette entreprise est spécialisée dans la menuiserie de collectivité, pose de plan de travail stratifié, postformé.

Je suis alors embauché dans l’entreprise "Espace agencement" qui fabrique et installe des cuisines.

Un an plus tard j’entre dans l’entreprise Olivier Bodin, menuisier agenceur.
Mais cette entreprise rencontre de grandes difficultés et 18 mois plus tard (en 2000) je décide de la reprendre.
C’est la naissance de mon entreprise, la SARL Jacques Rault (société à responsabilité limitée).
  En quoi consiste mon métier ?

Je pose des ouvertures (portes et fenêtres) intérieures et extérieures
Je pose du lambris, du parquet.
Je fabrique et je pose des placards, dressing, étagères, comptoirs, vitrines ….
Je fabrique et je pose des escaliers.
J’aménage des cuisines et des salles de bains.
  Les outils que j’utilise :

La scie radiale
Le rabot électrique
La perceuse visseuse
Le perforateur

Le réglet, le mètre ruban
L’équerre
La fausse équerre
Le ciseau à bois
Le maillet

La rabot dégauchisseuse
La scie circulaire
La scie à ruban
La toupie
  La vie de mon entreprise :

A la création de mon entreprise, j’ai d’abord travaillé seul pendant 2 ans.
J’ai ensuite pris un apprenti qui a préparé un BEP puis un bac pro pendant 4 ans.
En 2006 j’ai embauché 2 ouvriers.

  Les horaires de travail :

Mes ouvriers travaillent de 8h à 12h puis de 13h30 à 18h. Ils sont libres un lundi sur deux.

Mais pour moi, la journée débute à 7h30 et ne se termine jamais avant 21h30-22h.
C’est très long et je regrette de devoir sacrifier ma vie de famille. En semaine je vois très peu mes enfants. Mon métier est trop prenant et je dois même travailler le samedi.

Jusqu’en 2010 les vacances se résumaient à 2 semaines de congés (3 au maximum) par an.
Mais depuis 2011 j’ai pris la résolution de m’accorder 5 semaines de vacances.

  Ma motivation :

Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu travailler le bois.
Bien que mon père, lui même menuisier m’ait toujours déconseillé de faire ce métier difficile et sous payé, j’ai persisté.
J’aime le bois, son odeur, c’est un matériau noble, chaleureux.
J’aime le travailler avec mes mains, lui donner forme.
J’aime la beauté du produit fini et je suis fier d’obtenir un produit de qualité.

  Mes responsabilités de chef d’entreprise :

Mon soucis permanent est d’avoir toujours suffisamment de travail pour occuper mes 2 salariés à plein temps.
Ma responsabilité essentielle est de donner entière satisfaction au client, de lui fournir un produit de qualité.

  Les risques du métier :

Le menuisier utilise des machines qui peuvent être dangereuses, qui coupent, qui tournent très vite.
Il faut donc être toujours très prudent avec l’utilisation de ces machines, être attentif.
Les accidents se produisent lorsque, avec l’habitude, le menuisier n’a plus peur de la machine et a une trop grande confiance en lui. Il faut toujours respecter les règles de sécurité et faire particulièrement attention en fin de la journée lorsque la fatigue se fait sentir et qu’on est pressé de terminer le travail.
J’ai eu personnellement plusieurs doigts sérieusement accidentés et je remercie la clinique de la main à Nantes qui est spécialisée dans la chirurgie réparatrice de la main.

  Les évolution du métier :

Le bois est une ressource renouvelable, il suffit de planter des arbres.
C’est un excellent isolant thermique.
Tant qu’il y aura des logements à construire, à entretenir, à rénover … le menuisier aura du travail.

De nouveaux matériaux comme le PVC et l’aluminium sont apparus pour les ouvertures. Fabriquées industriellement le menuisier se charge de les installer.

La domotique se généralise et le menuisier est souvent chargé de câbler les systèmes électriques des portails ou des volets roulants. Il a même parfois besoins de compétences en automatisme et en informatique.

Il est donc nécessaire de suivre des formations pour connaître les nouveaux produits, être capable de les installer et de les entretenir.

Le menuisier peut aussi travailler dans l’industrie où sont fabriqués des meubles en grande série à l’aide de machines à commande numérique.