Vous êtes ici : Accueil > Archives > Découverte professionnelle > Visite de l’entreprise Altho
Publié : 10 avril 2011

Mardi 29 mars

Visite de l’entreprise Altho

Découverte du monde professionnel

Mardi 29 mars nous nous sommes rendus à Saint Gérand au siège de l’entreprise Altho.
Nous avons été reçus par Monsieur Aymeric Gidel Ingénieur en agroalimentaire.
Avec le soutien d’un de ses collègues il nous a montré l’organisation de l’entreprise et expliqué l’ensemble du processus de fabrication.
L’entreprise Altho fabrique des chips sous sa propre marque, "Bret’s" et se situe au 3ème rang français. Elle fabrique également des chips pour les grands distributeurs sous leurs marques personnelles.

L’entreprise fonctionne en continu 24 heures sur 24 du dimanche soir au samedi soir. Le travail se fait en 3*8 : 3 équipes se relaient toutes les 8 heures.
En période de pointe on travaille même dans la nuit de samedi à dimanche.
L’entreprise emploie en moyenne 300 personnes à temps plein mais on compte jusqu’à 400 personnes en haute saison.
Les opérateurs sont le plus souvent titulaires d’un bac professionnel ou d’un BTS en électromécanique ou en maintenance des systèmes. Parmi les cadres on trouve aussi des ingénieurs agronomes et agro-alimentaire.

Dans le sas d’entrée de l’usine un panneau d’affichage montre des tableaux et des graphiques qui relatent les contrôles de qualité effectués sur chacune des 4 lignes de production ainsi que le bilan des réclamations des clients.
Ces éléments sont pris en compte dans le calcul de la prime d’intéressement versée au personnel.
C’est une façon de sensibiliser chacun à ses responsabilités et à l’importance d’une démarche collective pour un travail de qualité.

L’approvisionnement
Les pommes de terre proviennent essentiellement de Bretagne (pour 80%).
Elles doivent être pauvres en sucres réducteurs pour bien supporter la cuisson.
On utilise notamment la variété Saturna qui est une pomme de terre tardive et la variété lady clair ou lady rosetta qui sont des variétés précoces.
Les variétés précoces sont utilisées en juin, juillet et août.
Les variétés tardives qui sont récoltées en septembre, octobre sont stockées dans l’entreprise jusqu’en juin.

A la réception des camions les pommes de terre sont pesées et on contrôle leur qualité.
Elles sont ensuite stockées dans des hangars ventilés appelés "chapelles".

La fabrication
Il y a 4 lignes de production qui lorsqu’elles tournent à plein traitent 16 tonnes de pommes de terre par heure pour produire 4 tonnes et demi de chips (toujours par heure).

Nous avons suivi une ligne de production :
Les pommes de terre sont d’abord pelées à l’aide de peleuses.
Elles sont ensuite triées pour éliminer d’éventuelles pommes de terre malades ou des corps étrangers.
Puis elle sont lavées et à nouveau triées par taille.
Une machine les découpe en lamelles puis elle sont relavées pour les débarrasser de l’amidon et séchées.
Vient ensuite la cuisson dans le bain d’huile, le salage, l’aromatisation et la mise en sachets.
Toutes ces opérations se font automatiquement, sans aucune intervention manuelle.
Les opérateurs sont chargés de la surveillance, du contrôle et des réglages en cas de besoin. Ils optimisent les réglages en fonction des contrôles réalisés par le service qualité.

La friteuse est un long bac rempli d’huile de tournesol.
Pendant la cuisson, les chips progressent dans la friteuse d’abord au fond à l’aide d’un système de pales puis peu à peu elles perdent de l’eau et remontent. Un tapis les maintient alors immergées jusqu’à la fin de la cuisson.
Elles sont alors égouttées et séchées sur un tapis roulant.
Les chips passent ensuite sur un ingénieux système de trieur optique. Des caméras repèrent les défauts comme des tâches noires et commandent un jet d’air comprimé qui éjecte la chips défectueuse du tapis roulant et ceci à grande vitesse. Ce mécanisme est très impressionnant pour sa rapidité et sa précision.

Un prélèvement de chips est effectué régulièrement pour être analysé au laboratoire. On vérifie le taux d’humidité, le taux de matière grasse, l’aspect et l’assaisonnement. Si un défaut est constaté, on modifie immédiatement le réglage concerné sur la ligne de production de façon à obtenir la qualité désirée du produit.
Photographies de l’entreprise diffusées par le journal Ouest France

Le stockage
Le stockage des chips pose un grand problème. En effet, les chips ont la particularité d’occuper un gros volume pour une masse faible. Comme de plus c’est un produit plutôt saisonnier, l’entreprise dispose d’un immense bâtiment pour entreposer les stocks. Heureusement le produit se conserve très bien en sachets (de 5 à 6 mois).

La faible densité explique également que ce produit est difficile à exporter. Le coût du transport serait en effet prohibitif. La production est donc essentiellement distribuée en France.

La sécurité
Nous avons pu observer l’importante protection mise en place pour lutter contre les incendies. Des capteurs commandent de nombreuses buses placées dans les plafonds qui aspergeront d’eau tout départ de feu.
Dans la zone des friteuses on utiliserait du dioxyde de carbone (CO2) pour éteindre d’éventuelles flammes.
Les différents systèmes qui assurent la commande des lignes de production et la logistique sont doublés. De cette façon, en cas de sinistre, la production n’est pas complétement paralysée et l’entreprise peut encore satisfaire ses clients. 
Nous remercions vivement l’entreprise Altho. Les élèves ont été séduits par la qualité de l’accueil qui leur a été réservé. Cette occasion de découvrir le monde du travail à travers une entreprise industrielle de l’agroalimentaire les a fort intéressés.