Vous êtes ici : Accueil > Archives > Découverte professionnelle > Rencontre avec les gendarmes
Publié : 2 octobre 2008

Découverte du monde professionnel

Rencontre avec les gendarmes

Jeudi 18 septembre

Deux gendarmes de le brigade de Pontivy sont venus au collège nous présenter le métier de gendarme

Les deux représentants des forces de l’ordre sont en tenue de service. Le professeur peut être rassuré, il n’y aura pas d’élève perturbateur...
Mais je plaisante, au collège Romain Rolland, les élèves sont des modèles du genre. D’ailleurs certains d’entre-eux sont attirés par une carrière dans la gendarmerie et ils aimeraient en savoir un peu plus sur ce métier.
Les gendarmes sont très sympathiques et ils établissent rapidement un échange chaleureux avec la classe.

Emeline Verniolle
a 20 ans. Elle est gendarme adjoint depuis 2 ans.
Elle a passé le concours de gendarme adjoint après son bac.
Au programme de ce concours : français, mathématiques et tests de personnalité.
Pour s’inscrire à ce concours, il faut au moins être titulaire du 
brevet des collèges.
Puis les lauréats suivent un stage de formation de 3 mois.
En fonction de leur classement, il peuvent choisir la brigade où ils exerceront.
Le gendarme adjoint signe avec la gendarmerie un contrat de 5 ans renouvelable. Mais bien sûr l’objectif d’Émeline est de passer le concours de gendarme.
Le travail du gendarme adjoint consiste à aider le gendarme dans ses tâches quotidiennes.

L’adjudant chef Pierrick Le Padellec a 49 ans.
Il est commandant adjoint de la brigade.
Lycéen à Pontivy, il a passé un bac littéraire.
Mais sa passion depuis tout petit c’est la gendarmerie.
Il fait donc son service militaire comme gendarme auxiliaire puis il passe le concours de gendarme en 1979.
Pendant 8 ans il est affecté à la brigade territoriale de Lesnéven (29).
Puis il officie pendant 4 ans 1/2 en Allemagne comme prévot à Kaiserslautern.
En 1992 il revient en France, à la brigade de Moncontour jusqu’en 2000. Pendant cette période il effectue 2 missions en opérations extérieures (OPEX) de 6 mois à Kraïna et à Sarajevo.
De 2001 à 2006 il est affecté à la brigade de Lamballe et il effectue à nouv
eau une mission en opération extérieure dans la police européenne en Bosnie.
Depuis 2007 l’adjudant chef Le Padellec est en poste à Pontivy. Mais déjà il projette de repartir en OPEX dès l’année prochaine pour une nouvelle mission au Liban.
Lorsque la France s’engage dans une opération extérieure elle fait appel aux gendarmes volontaires et motivés. Il est important pour être retenu de maîtriser une ou plusieurs langues étrangères.


Comment devenir gendarme ?

Il faut réussir à un concours. Pour passer le concours d’entrée dans la gendarmerie il faut être titulaire d’un baccalauréat et satisfaire à certaines exigences physiques et morales.
Ensuite une formation de 10 mois est dispensée dans une école de gendarmerie. Les élèves suivent une instruction militaire, judiciaire, informatique et dactylographique. Ils sont formés aux techniques d’interventions sur scène d’incident ou d’accident. Ils apprennent à appréhender les contrevenants.

Au terme de cette formation les élèves sont classés et il peuvent choisir leur affectation en fonction de leur place à ce classement.
Remarque : il est beaucoup plus facile de réussir le concours lorsqu’on a d’abord exercé la fonction de gendarme adjoint.


Le métier de gendarme

Le gendarme est un militaire. Cependant la gendarmerie dépend maintenant du ministère de l’intérieur, comme la police nationale.

Le logement
Le gendarme a le droit à un logement de service gratuit situé 
dans la caserne. Il est obligé d’occuper ce logement car on doit pouvoir compter sur lui en cas de besoin.

Les horaires de travail
Le gendarme travaille de 8 h à 12 h puis de 14 h à 18h.
Cependant lorsqu’il est d’astreinte, il doit être disponible de 8 h du matin à 8 h le lendemain matin (soit pendant 24 heures). On peut l’appeler à tout moment. Il ne doit donc pas quitter la caserne.
Lorsqu’il n’est pas d’astreinte, c’est quartier libre : il est libre de son temps de 18 h à 8 h. Mais il n’y a que 5 quartiers libres tous les 15 jours.
Après avoir effectué un service de nuit, le gendarme a le droit à 8 heures de récupération.
Il a le droit à 2 jours de repos par semaine mais il travaille un week-end sur deux.
Il peut prendre 45 jours de vacances par an.


Les gendarmes nous ont présenté la structure de la gendarmerie nationale et ses missions.
La gendarmerie nationale est articulée en 3 composantes :


 La gendarmerie départementale (la territoriale)

Son organisation territoriale correspond au découpage administratif de la France. Le groupement de gendarmerie (département) est constitué de plusieurs compagnies de gendarmerie (arrondissement), elles mêmes composées de plusieurs brigades de gendarmerie (canton). La gendarmerie départementale couvre ainsi l’intégralité du territoire national (métropole, départements et territoires d’outre-mer).
La gendarmerie départementale remplit des missions administratives, judiciaires et militaires.

Missions administratives
Elles permettent d’assurer la sécurité publique. Citons par exemple des missions de surveillance générale, des missions de police de la circulation routière, des missions de secours et d’assistance à personne en difficulté. L’accent est mis sur la prévention en privilégiant le contact avec la population.

Missions judiciaires
Elles comprennent la constatation des crimes, délits et contraventions, le rassemblement des preuves et la recherche des auteurs d’infraction.

Missions militaires
La gendarmerie contribue à la défen
se de notre pays.

La gendarmerie départementale peut compter sur l’aide d’unités particulières pour remplir certaines missions :
Des unités d’intervention en montagne, des unités nautiques, des unités aériennes (hélicoptère), des spéléologues, de unités de la police de la route, des pelotons de surveillance et d’intervention, des unités de recherche, des brigades de prévention de la délinquance juvénile ...




La gendarmerie mobile

La gendarmerie mobile renforce la gendarmerie départementale dans le cadre de ses missions et se déplace sur l’ensemble du territoire. Elle est articulée en légions, groupement et escadrons.
Le GIGN (Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale) est une unité d’élite de la gendarmerie mobile qui s’est illustrée lors de détournements d’avions ou de prises d’otages.




Les formations spécialisées

La gendarmerie nationale comprend des unités spécialisées comme la gendarmerie maritime ou la gendarmerie de l’air. La plus célèbre est certainement la garde républicaine qui a pour vocation première d’assurer des missions de sécurité et des services d’honneur au profit des plus hautes autorités de l’état et des personnalités étrangères accueillies en France.



La gendarmerie en quelques chiffres
La gendarmerie c’est 120400 personnes :
- 5955 officiers
- 78217 sous officiers
- 3821 employés administratifs (CSTAGN)
- 12285 gendarmes adjoints (gendarmes volontaires)
- 20000 réservistes